L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

5G : pourquoi ce futur standard va révolutionner la téléphonie mobile

Info du moment 7J/7 A53.fr - Mardi 4 Décembre 2018 - 0 Commentaire| Lu 100 fois |

La 5G ne sera pas qu'une simple amélioration de la 4G au bénéfice du grand public. Elle va permettre de connecter des milliards d'objets et faire éclore de nouveaux usages, comme la voiture autonome ou les opérations à distance.



La 5G n'est plus un sujet réservé aux spécialistes. Dès 2019, réseaux et matériels seront prêts pour y accéder dans quelques grandes villes. On vous rappelle l'essentiel de ce qu'il faut savoir sur ce standard de téléphonie mobile qui va marquer une rupture inédite avec les technologies précédentes.

Quelles fréquences ?

On connaît déjà les fréquences de la 5G. En Europe, il y en aura deux majeures : le 26 GHz et le 3,5 GHz. Le 26 Ghz appartient aux fameuses ondes radio millimétriques (entre 30 et 300 GHz). Ces fréquences hautes présentent, certes, des problèmes de propagation mais offrent des largeurs de spectre inégalées, ce qui va permettre de doper les débits de nos smartphones.

Quant au 3,5 GHz, une bande basse avec peu de spectre disponible, il va essentiellement servir à couvrir le territoire. Les opérateurs français auraient, en outre, la possibilité de recourir en complément au 700 MHz -actuellement consacré à la 4G- et peut-être au 1400 Mhz, mais ce dernier est utilisé actuellement par des applications sensibles et devrait dans ce cas être libéré.

Quelles technologies ?

Plusieurs technologies vont se combiner pour améliorer l'efficacité spectrale de la 5G. Commençons par le massive MIMO, qui consiste à utiliser un grand nombre d’antennes en émission et en réception. Les stations de base macro seront dotées de plusieurs centaines de petites antennes (64 en émission et 64 en réception), tandis que nos smartphones pourront en comporter jusqu’à 8x8, selon le concepteur de puces Qualcomm. Résultat ? Cela permet d'augmenter les capacités en débit entre l'émetteur et le récepteur et de réduire les interférences.

Citons aussi le beamforming, une technique de traitement du signal qui permet de faire converger les ondes émises par une station de base précisément vers les mobiles. Et non plus d’arroser sans distinction tout l’environnement, ce qui représentait une grande perte d’énergie. Le beamtracking remplit le même objectif quand les utilisateurs sont en mouvement.

La 5G va enfin pousser la virtualisation des réseaux à son paroxysme avec le network slicing, qui se définit comme la capacité à offrir des réseaux de bout en bout dédiés, personnalisés et virtualisés à partir d'une même infrastructure partagée. Cela revient à découper le réseau en tranches logicielles. On pourra ainsi dédier une couche spécifique à chaque usage et faire varier les paramètres du réseau à la carte pour chaque entreprise. L’enjeu sera notamment de pouvoir l'adapter en temps réel et de donner la priorité aux applications les plus critiques, comme les secours par exemple, pour leur garantir une latence minimale.

Voilà pour le principal mais comme tous les standard de téléphonie mobile, la 5G continuera à évoluer après l’ouverture des premiers réseaux. On parle, par exemple, d’intégrer le satelliteà la 5G d’ici 2019, pour compléter notamment la couverture et pénétrer des zones inaccessibles (océans, montagnes).

Cela nécessitera d'installer des antennes compactes, intégrées avec le bloc radio et surtout intelligentes, c'est-à-dire embarquant des puces et des algorithmes de traitement du signal pour les rendre capables d'identifier l'emplacement des équipements des utilisateurs connectés et de focaliser le signal sur eux.

A côté des traditionnelles antennes macro destinées à assurer la couverture, des small cellsnichées dans les abribus ou les réverbères apporteront débit et capacité. Il faudra aussi déployer de nouveaux équipements dans les coeurs de réseau et, enfin décentraliser les data center. Ces derniers devront être multipliés et installés au plus près des utilisateurs pour garantir vraiment cette latence minimale promise par la 5G. Ce qui représente des investissements considérables.

Quelles performances ?

La 4G nous a fait basculer dans l’ère de l’Internet Mobile en nous offrant un débit supérieur à l’ADSL sur nos smartphones. Avec la 5G, nous allons atteindre le niveau de la fibre. Les bénéfices par rapport à la 4G sont impressionnants avec des débits et une capacité au moins multipliés par 10, et une latence divisée par 10.

Toutefois, le réseau ne sera pas tenu de fournir le meilleur des trois simultanément et dans tous les cas. Les priorités seront différentes selon les cas d'usage. Trois scénarios ont été définis par l'ITU (Union Internationale des communications) : fiabilité et rapidité pour les applications critiques, grande capacité de calcul et d’échanges de données pour l’IoT, et priorité à la vitesse pour les utilisateurs lambda.




Les performances fixées par l’ITU pour le grand public paraissent modestes : les opérateurs devront fournir au minimum 100 Mbit/s en débit descendant et 50 Mbit/s en montant par utilisateur. Mais 1 Gbit/s reste l’objectif symbolique des industriels, car il va falloir faire rêver les consommateurs et les convaincre de passer à la 5G.

Les ondes millimétriques devraient même permettre à terme d’atteindre entre 4 et 10 Gbit/s en téléchargement, en théorie. Tout dépendra cependant de la bande de fréquence et de la largeur de spectre utilisés. Et il y aura probablement des disparités sur les territoires. Le risque est grand que les premiers utilisateurs grand public de la 5G ne voient pas la différence en termes de débit, le nouveau standard de téléphonie devant surtout servir à décongestionner la 4G dans un premier temps.

Ajoutons, en outre, que le débit de la 5G sera à ajouter à celui de la 4G tant que les opérateurs utiliseront une 5G non standalone, c'est-à-dire dépendant d'un coeur de réseau 4G. La latence devrait tourner, elle, autour de 1 ms pour certaines applications critiques mais s'élèverait à 10 ms pour le grand public. Ce qui restera toujours deux fois mieux que la 4G.

Notons que la 5G devra pouvoir absorber jusqu’à 1 million de connexions par kilomètre carré. Et les utilisateurs recevront le signal... même s’ils se déplacent à 500 km/h.

Quels usages ?

Débit, capacité, latence : trois points forts de la 5G qui vont apporter plus de confort dans son quotidien à l’utilisateur lambda. Mais aussi permettre de généraliser des usages gourmands en bande passante. Ce qui laisse présager le développement des applications de réalité augmentée et de réalité virtuelle sur nos smartphones. On va vu aussi récemment aux JO d’hiver de Pyeongchang comment la 5G pourrait transformer notre façon de regarder le sport, facilitant les expériences de second écran plus immersives où le spectateur peut choisir sa réalisation et s’attarder sur des vues embarquées de sportifs.

La vraie révolution se trouve cependant ailleurs et ne touchera pas directement le grand public mais les industriels. La 5G va être capable d’absorber le trafic de dizaines de milliards d’objets connectés pilotables à distance avec une rapidité et une fiabilité extrêmes, ouvrant la voie à davantage de communications entre machines et d’automatisation dans tous les secteurs. A commencer par la voiture autonome, mais aussi la circulation de véhicules en convoi, la télémédecine, des usines dirigées à distance où les robots circuleront sans entrave. C'est la raison pour laquelle l'Arcep souhaite accorder des fréquences pour la première fois à des industriels qui ne seraient pas des opérateurs télécoms. On verra donc peut-être demain des hôpitaux, des ports, des gares ou des réseaux d'énergie déployer leur propre réseau 5G.

Quelles échéances ?

Côté standardisation, la messe est presque dite. Le 3GPP a défini deux standards de 5G NR (New Radio). Le non standalone (fonctionnant encore avec un coeur de réseau 4G) et le 5G standalone(totalement autonome). Ils permettent déjà de lancer la 5G. Il faudra encore que l’UIT entérine officiellement les fréquences en 2019 et achève le processus de standardisation en 2020 pour qu'elle soit officielle. Mais les industriels n’attendront pas cette date pour la déployer. Le premier usage accessible sera celui du grand public. Les entreprises, elles devront attendre 2021/2022 pour bénéficier du network slicing.

Le matériel réseau des équipementiers est prêt et les opérateurs s’activent actuellement pour tester la 5G sur le terrain, comme Bouygues Telecom l'a démontré au mois de juillet dernier. Orange et SFR se montrent également très actifs, à l'inverse de Free qui reste extrêmement discret sur le sujet.

Les puces modem aussi sont finalisées. En tous cas celles de Qualcomm. Samsung et Huawei ne devraient pas tarder à dévoiler les leur. Quant à Intel, il a annoncé avancer la disponibilité de la sienne au deuxième semestre 2019. Il est probable que les premiers smartphones 5G seront équipés par Qualcomm et qu'ils seront dévoilés à la veille du prochain Mobile World Congress pour une commercialisation au second semestre de l’année prochaine. OnePlus, Oppo, Motorola et Xiaomi font la course en tête. Apple, en revanche, laisserait ses concurrents asiatiques essuyer les plâtres pour lancer un iPhone 5G en 2020.

Si certains opérateurs télécoms prétendent avoir déjà ouvert un réseau commercial 5G, comme le Finlandais Elisa, il ne s’agit pas d’infrastructures depuis lesquelles le grand public peut se connecter directement. En revanche, aux Etats-Unis, les choses s'accélèrent, puisque les trois plus gros opérateurs comme Verizon ambitionnent d'ouvrir leur réseau avant la fin de l'année.

Il s'agit certes, de faire principalement de l'accès à Internet fixe par la voie des airs, (fixed wireless access ou FWA) pour pallier l'absence de fibre mais pas seulement. De vrais usages mobiles sont prévus. Face aux Etats-Unis, la Corée se montre également particulièrement active, avec des lancements prévus pour le mois de décembre. Suivront ensuite l'Australie, la Nouvelle-Zélande, les pays du golfe, la Chine, puis le Japon pour les JO d'été 2020. En Europe, les pays scandinaves, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Suisse devraient être opérationnels avant la France, avec des commercialisations dès 2019.

Dans notre pays, les ouvertures de réseaux 5G ne sont en effet attendues qu’en 2020. Et encore, la feuille de route du gouvernement reste très évasive puisqu’elle ambitionne seulement de disposer d’une grande ville 5G à cette échéance et de couvrir les principaux axes de transport d’ici 2025, conformément aux recommandations européennes. L’attribution des fréquences n'interviendra pas avant fin 2019. Il est cependant possible que certains sites pilotes fassent l’objet, avant ces dates, d’une ouverture au grand public.

(avec 01net.com)

Mardi 4 Décembre 2018
A53.fr
Vu (s) 100 fois
Notez



Beauté | Innovation | Bien être | High -Tech | Mobile | Insolite | Confidence | Crédits | Santé Pratique | Histoires vécues | Santé des Femmes | Science Tech | Minceur | Amour & Couple | La Femme Moderne ! | Femmes Leaders | Bébé - Enfant - Ado | Désir d'Enfant | Santé | Sexualité | Mariage | Informatique | Conseils | Nutrition | Hommes Leaders | Bon à Savoir | Trucs & Astuces | Sans Tabou | Finance | Alerte ! | Bourse | Habillement | Cuisine | Info Utile | Alerte Prévention | Parole de Dieu | Louange | Voyages | Vos Droits | Carrières | Shopping | Internet | Livres / E-Book | Beauté Homme | Management | Mode | Bricolage












Comment gagner de l'argent sur internet ? Clé en main !

A53.fr - 05/11/2018 - 0 Commentaire| Lu 1205 fois |

Vie après la mort : Quand nos chers défunts nous font signe…

A53.fr - 01/11/2018 - 0 Commentaire| Lu 1207 fois |

Appareil anti ronflement Clip Air, l'espoir pour ceux qui souffrent de ronflements !

A53.fr - 31/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 2094 fois |

FitMotivaction Ceinture de Sudation Abdominale en Néoprène

A53.fr - 28/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1996 fois |

Minceur Ceinture Vibrante,Brûler les Graisses,Perte Poids Massage

A53.fr - 27/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 2038 fois |

Climatiseur Portable - Ventilateur USB Multifonction

A53.fr - 13/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 2372 fois |

5 Astuces pour gagner de l'argent avec les paris sportifs !

A53.fr - 29/04/2018 - 0 Commentaire| Lu 3429 fois |

Présentation du produit : AbdoForte

A53.fr - 26/04/2018 - 0 Commentaire| Lu 1872 fois |